Duel franco-suisse : la France l’emporte !

Dernier jour du FIVB World Tour de Montpellier, celui des finales !
Et sur les 8 équipes encore en lice dans le tournoi, seulement deux nations représentées : La France et la Suisse

 

Matchs féminins :

Les françaises Lusson/Longuet ont disputé une demi-finale à suspense. En effet, elles ont sauvé 6 balles de set dans le premier set, et 3 balles de matchs (20-10 à 20-16).
Mais la rencontre a été malgré tout remportée par les Suisses Bobner/Vergé-Dépré, notamment grâce à leurs services surpuissants. A noter que cette paire est issu des qualifications de mardi.

La deuxième paire française engagée dans ces demis a mieux négocié son premier match de la journée, en remportant notamment 21-8 son premier set. Le deuxième n’aura pas été aussi simple que le premier ; les Suisses Eilholzer/Steinemann ont fait plus que résister et ne voulait pas laisser filer cette place en finale. Jupiter/Placette (FRA) s’imposent finalement en deux sets.

Dans le match pour la troisième place, Ophélie Lusson et Laura Longuet nous ont offert une rencontre à rebondissements. En effet, après avoir perdu de justesse le premier set, les courageuses françaises ont plié rapidement le second mais se sont écroulées dans le tie-break, avec un retard de points qui a atteint les 8 points. Eiholzer/Steinemann (SUI) remportent donc la médaille de bronze.

La finale était donc encore une confrontation France/Suisse. Et aucune des deux nations n’a voulu se faire de cadeaux. La première manche aura été remportée par Jupiter/Placette, qui a livré un jeu propre et efficace. Mais les suisses n’avaient pas l’intention de se laisser faire, et ont rejoint les tricolores à 1 set partout. Finalement, grâce aux blocks d’Alexandra, les françaises, pour la première fois et devant leur public, gagnent une magnifique médaille d’or. De quoi leur faire penser, encore plus, aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 : « On a fière de pouvoir faire découvrir notre sport, jouer devant notre public. Avec cette médaille, on a montré que ce projet olympique, il est pour nous. Il reste plus qu’à s’imposer également sur d’autres étapes du World Tour ».

 

Matchs masculins :

Scénario à suspense également pour les 2 matchs de demi-finale masculines.

Pour les premiers à se lancer, les choses étaient pourtant mal engagées. En effet, les français Krou/Ayé étaient malmenés par les Suisses Breer/Haussener. Mais, à force de persévérance et de talent, ils sont parvenus à remonter le deuxième set et à remporter le tie-break (15-21, 21-19, 15-10).

En face, la rencontre était 100% française, entre Di Giantommaso/Silvestre et Rowlandson/Barthélémy. On a eu le droit également à trois sets pour départager ces joueurs qui se connaissent bien sur le circuit national. Un set partout entre les outsiders Rowlandson/Barthélémy et les Champions de France Di Giantommaso/Silvestre, dans cette partie serrée. Au terme d’un tie-break haletant, ce sont les premiers qui s’imposent et gagnent leur ticket pour la grande finale.

Pour Edouard, « on aborde tous les matchs de cette semaine en étant le plus détendus possible. Le plus important c’est de prendre du plaisir, et de rester un maximum de temps sur le terrain. On va rester dans cet état d’esprit pour la finale car il n’y a rien de plus gratifiant que de jouer une finale ».

Dans le match pour la troisième place, les français ont pu prendre leur revanche. Après avoir raté 6 occasions de gagner le match dans le deuxième set, ce sont les Suisses qui ont été plus opportunistes en remportant le set et en poursuivant ce match en tie-break. Mais Di Giantommaso / Silvestre se sont bien remobilisés pour gagner le set décisif et empocher la médaille de bronze.

Enfin, pour clôturer la journée mais surtout tout le tournoi, les nombreux spectateurs présents ont pu assister à une finale 100% française.
Pas de grand suspense cependant puisque les outsiders Rowlandson/Barthélémy n’ont pas fait dans la dentelle. Leur complémentarité est sans contestation possible, Youssef et Quincy ne trouvaient pas de solutions face aux solides défenses de leurs adversaires. Les attaques puissantes d’Edouard ont fini de compléter les ingrédients pour une victoire sans appel (2-0).
On compte ainsi 3 équipes françaises sur le podium masculin !