Mathieu Hamel "On est le premier tournoi qualificatif pour les JO"

Mathieu Hamel est l'un des deux entraîneurs de l'Equipe de France maculine de Beach-Volley. Il se confie en vue du tournoi international à Montpellier, lui qui n'en est pas à son premier World Tour, ni en tant que joueur, ni en tant que coach !

 

Mathieu, un petit mot ...

 

... Pour te présenter ?
Mathieu Hamel, entraineur de l’équipe de France avec Stéphane Canet. Ancien joueur de beach volley, justement avec Stéphane. Ancien olympien des JO d’Athènes en 2004 et donc professionnel pendant tout ce temps dans le beach volley. J’ai eu un parcours de haut niveau de volley en étant dans l’équipe de France Junior et donc, évidemment, une passion pour ce sport parce que l’on est beaucoup plus autonome, on est plus responsable de son résultat, beaucoup plus engagé physiquement, techniquement et mentalement. C’est donc un sport qui est décupler en termes de plaisir, sensations mais de difficulté aussi et c’est ce qui m’a plu là-dedans. S’en est suivi la création du club et de l’évènement du Beach Masters.

 

... Pour décrire les valeurs du Beach-Volley ?
En ayant vécu ce que j’ai vécu et malgré les apparences d'un sport un peu ‘’frimeur’’ (on pourrait dire ‘’plage, facile, etc.’’), c’est un sport qui demande, à haut niveau, un vrai engagement physique et une capacité mentale à gérer sur le moment le stress.
Donc : physique, technique et mental. C’est vraiment le sport dans toute sa ‘’splendeur’’ selon mes critères. Puis c’est un environnement qui ne se cantonne pas seulement aux plages puisque nous sommes souvent dans les villes en tournoi.

 

... Pour nous dire ce que tu aimes dans cette discipline ? 
Ce qui me plait, ce sont les sensations, la gestuelle. C’est aussi le plaisir de la compétition, dans la difficulté et dans la réussite évidemment. Et c’est même cette difficulté à repousser ses propres limites puis à réussir. Mais c’est également le fait de beaucoup voyager qui m’a permis de beaucoup apprendre. Ce qu’il faut retenir c’est vraiment sensation, compétition, plaisir et voyage.

 

... Pour raconter une anecdote d'entraîneur ?
Cette première période d’entraineur m’a apportée un état d’esprit notamment lors de la Continental Cup 4 et ce parcours que l’on a eu pour arriver jusqu’à la finale. La Continental Cup est l’une des voies pour atteindre les Jeux Olympiques avec le classement mondial. La Continental Cup 4 a été le plus marquant pour moi car c’est le moment où tu essaies d’aller aux Jeux Olympiques, c’est une expérience enrichissante et positive.

 

... Pour raconter une anecdote de joueur ?
Ce qui m’a le plus marqué, ce fut le fait d’entrer aux Jeux Olympiques, l’ouverture etc. Mais avant ça, la sensation la plus forte ça a été de réussir le tournoi qu’il fallait pour rentrer aux JO donc gagné une équipe américaine qui était très forte. C’est vraiment la meilleure sensation, d’avoir sorti le meilleur de soi et savoir que l’on rentre aux JO. Et évidemment, les JO en eux-mêmes avec un super match contre les allemands où j’ai mis le plus gros nombre de blocs, je pense, des tournois des JO !

 

... Pour décrire l'ambiance en Equipe de France ?
Il faut être très professionnel tout simplement et faire son job chacun de son côté tout en ayant un esprit de collaboration hyper fort parce que l’un sans l’autre, tu ne peux rien faire. C’est donc être ‘’costaud’’ individuellement, pour soi et son partenaire, mais également avoir cette jonction de collaboration et de communication. C’est donc un équilibre car ce n’est pas simple d’être partout dans le monde donc il faut avoir une tête solide. C’est vraiment un sport de collaboration.

 

... Pour expliquer l'enjeu de l'organisation d'un World Tour à Montpellier ? 
Organiser une étape du World Tour, c’est un cheminement avec le temps. C'est aussi une histoire de circonstances, avec par exemple, la FIVB qui avait des catégories de tournoi bien plus fermées de par le budget nécessaire qui est assez important. Enfin, il y aussi tout un historique qui fait que l’on prend confiance. Néanmoins il ne faut pas oublier tous ceux qui travaillent car nous avons d’autres fonctions (entraineur national) qui prennent beaucoup de temps évidemment.
Donc, c’est aussi grâce à un staff qui a plus d’expérience, des institutions qui nous font plus confiance et des partenaires également. C’est avec tout cela que l’on a pu faire le FIVB World Tour 1* car on est rentré dans la catégorie supérieure ! En plus, cette année, on est le premier tournoi qualificatif pour les Jeux Olympiques sur le calendrier. Et pour cette édition, nous pouvons inclure les équipes féminines au World Tour, ce qui est bien selon moi !

 

... Pour attirer les spectateurs au FIVB World Tour 1* de Montpellier ?
C'est l’occasion pour ceux qui aiment le sport et le grand jeu de découvrir un nouveau sport puisque c’est le seul tournoi international français qui sera proposé sur le territoire cette année. Mais c’est également découvrir de nouvelles nationalités de par la pluricité des nationalités qui seront présentes (américain, japonais, européens). C’est un sport très ludique mais aussi très facile à comprendre et prenant. De plus, l’ambiance est très dynamique de par le spectacle que c’est mais aussi grâce aux à-cotés. Enfin, l’ayant vécu plus d’une dizaine de fois, c’est vraiment quelque chose d’unique, notamment dans les tournois internationaux.